Respiration difficile et rhume chez la poule : le coryza

L’automne et les mois qui suivent peuvent amener avec eux une maladie à ne pas prendre à la légère chez les poules : le coryza ! C’est l’équivalent d’un rhume pour l’Homme. Votre poule tousse ? Elle éternue ? Et pire encore vous vous rendez compte que sa respiration vient du fond et qu’elle est très bruyante : il faut agir vite. Que faire pour la poule en cas d’atteinte du coryza ? Voyons tout cela ensemble !

C’est quoi le coryza ?

C’est une maladie bactérienne qui affecte les voies respiratoires des volailles (c’est aussi une maladie qui affecte le chat). On l’appelle aussi « le rhume des poules » mais le nom est mal choisi car si un simple rhume est quelque chose de bénin pour un humain, c’est plus compliqué pour une poule.

poule infectée par le coryza

Concrètement, le coryza est une bactérie (mycoplasme) qui apparaît surtout dans les endroits humides et souvent mal entretenus.

Les symptômes du coryza ?

Le coryza est assez facile à identifier :

Au début, c’est un « simple » rhume

  • la poule respire mal, elle « groule » ou « siffle » comme nous quand on a les bronches qui sont prises.
  • la poule éternue / tousse
coryza

Ensuite, les symptômes peuvent s’aggraver

  • les yeux (ou juste un oeil) de la poule peuvent gonfler ou rester fermés (conjonctivite) (2)
  • Les paupières se collent
  • écoulements (3)
  • abcès au niveau des yeux, ou des petites bulles (1)
  • plumage abimé puisque la poule peut s’essuyer les yeux dessus
oeil poule coryza

En plus de ça, on peut aussi constater :

  • que la poule s’isole
  • elle ne mange plus, ne boit plus
  • elle ne pond plus

Bref, une poule atteinte de coryza est une poule avec un état général qui se dégrade rapidement : l’issu est fatale si vous ne prenez pas les choses en main.

CORYZA

Que faire si une poule est atteinte du coryza ?

Il faut la mettre à l’isolement rapidement car le coryza est très contagieux : la poule contaminée par la bactérie risque de le transmettre à ses congénères. C’est une des raisons pour laquelle c’est intéressant d’avoir un poulailler d’appoint, ou un abris de fortune pour mettre une poule malade. Sinon un carton avec de la paille !

Ensuite, il faut surtout demander l’avis à un vétérinaire (je n’ai pas de compétences médicales, et mes poules n’ont jamais été concernées par cette maladie que je vous présente aujourd’hui

Il existe des traitements médicamenteux et des solutions naturelles pour lutter contre le coryza.

Le médicament

Le médicament s’appelle du « Ronaxan« , c’est une poudre pour solution buvable.

C’est un traitement qui dure 4 jours et qui peut être mélangé à la nourriture de votre poule ou donné directement avec une seringue Attention, le traitement vous empêchera de consommer les oeufs pendant un mois. Pour être sûr, il faut donc isoler la poule contaminée même une fois qu’elle est soignée !

Demandez l’avis à votre vétérinaire ou pharmacien (prix : plus ou moins 10 euros)

La méthode naturelle contre le coryza : le thym

Le thym est très efficace chez l’Homme en infusion, il l’est également contre le coryza chez la poule. C’est un anti infectieux et surtout un expectorant (il va aider à faire tousser et dégager les voies respiratoires)

thym poule

L’été il est très facile de faire pousser du thym dans son jardin, de le faire sécher et de le garder. Le coryza apparaissant en général dans les mois qui suivent, pendant l’automne et l’hiver, vous pourrez utiliser le thym dans vos bouillies apéttentes pour soigner vos poules, c’est aussi un excellent ingrédient pour fabriquer un vermifuge naturel.

Faites infuser du thym dans de l’eau pendant 15 minutes, retirez les branches de thym infusées puis :

  • donnez cette préparation à boire à la poule malade
  • utilisez cette préparation pour faire des bouillies à base de pain et autres restes alimentaires à votre poule malade. Ici des exemples de bouillies dont les poules raffolent
ex repas poule 1

Pourquoi elles auraient pu attraper le coryza ?

De même que le rhume pour l’Homme, votre poule a pu attraper froid. Comment une ou plusieurs poules peut-elle être affectée ?

Raison 1 : la météo

C’est comme chez nous : un changement de météo et les microbes peuvent nous affecter ! Il suffit que la météo change brutalement, que les jours ou nuits deviennent plus humides, qu’il y ait une semaine de vent avec de la pluie et l’apparition de cette bactérie peut être favorisée !

Raison 2 : l’habitat

Est ce que vous leur avait fabriqué un poulailler vous même ?

Si oui est il bien isolé ? Les poulaillers en palettes sont en général trop ventilés si jamais vous n’arrangez pas les palettes (et entre nous, ça fait des poulaillers bon marché mais bien propice aussi à l’installation d’une colonie de poux rouges.

Est-il bien aéré, pas trop humide ? Un poulailler mal aéré est aussi propice aux développements des maladies. Depuis quelques temps, j’utilise des poulaillers de la marque Omlet (le eglu ou cube), ils sont à la fois bien isolés contre le chaud ou froid et très bien ventilé ! Pour que la poule n’attrape pas froid, il ne faut pas non plus que les ventilations soient dirigées sur elle directement, mais vers le haut du poulailler c’est mieux

ventilation poulailler
Les deux premières flèches vous montrent comment sont placées les ventilations

Est-il bien nettoyé ? On entend trop souvent « un poulailler (ou des poules), c’est facile, il n’y a rien à faire ». C’est faux bien entendu. Vous devez bien sûr passer tous les jours vérifier le minimum (eau, alimentation et état de santé des poules), ramasser les oeufs et le nettoyer régulièrement. Un poulailler sale est propice au développement des maladies et l’installation des parasites : le coryza est une bactérie !

Raison 3 : la population

Cela est fortement liée à la première raison : n’avez vous pas trop de poules pour la taille de votre poulailler ? Si vos poules n’ont pas assez de places, cela va augmenter le risque de développement de maladies ou apparition de parasites, sans compter le stress chez les poules ! Choisissez un poulailler de la bonne taille par rapport à votre nombre de poules.

Un autre risque, c’est au niveau de la propagation de la maladie : plus vos poules seront les unes sur les autres, plus ça va générer de déjections, de poussières, et plus elles auront de chance de se passer le coryza.

Enfin, c’est le coryza a peut être été amené par une nouvelle poule. En cas d’intégration d’une nouvelle congénère dans le poulailler, je vous recommande vraiment de passer par la case « quarantaine » pour éliminer le risque de transmission de parasites et de maladies !

nouvelle isolement

Vous débutez en tant qu’éleveur amateur de poules pondeuses ? Abonnez-vous pour recevoir un mail par mois avec des conseils le poulailler !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*